Presse

L’avenir - Un dîner spectacle avec Marcelle Alexis - 08/09/2014

Marcelle Alexis, l’épouse de Franck Olivier, sera de nouveau présente à « La Côte d’Or », ce mercredi 10 septembre, à 12 h. Beaucoup apprécieront cette voix, cette présence, ce professionnalisme indiscutable et le charisme envoûtant et dynamique de cette chanteuse canadienne.

Celle-ci offrira un récital coup de chapeau à Michèle Torr, Joe Dassin, Petula Clark, Jeane Manson. Elle interprétera aussi son propre répertoire country de chansons originales.

Pour 44,90€, boissons et animation comprise, les convives apprécieront tout d’abord l’apéritif et ses amuse-bouches puis la petite nage de scampis aux petits légumes, ensuite le grenadin de veau, sauce aux aromates et porto et enfin le soufflé glacé pour terminer avec le buffet de café.

Les réservations peuvent se faire à l’hôtel-restaurant « La Côte d’Or » au 071/66.81.45.

Renseignements: 0475/579.222 www.lacotedor.com.

marcelle-alexis-web

L’avenir - Franck Olivier, un invité de marque - 06-09-201

Près de 100 personnes se sont rassemblées ce vendredi à l’hôtel restaurant «La Côte d’Or» pour y célébrer les 66 ans de Franck Olivier!

Depuis 27 ans, Bruno Debus est le patron de «la Côte d’Or». Régulièrement, il y organise, surtout en semaine, des repas-spectacles où majorité de seniors prennent part. Ce sont dès lors des artistes généreux qui viennent et qui animent toute la soirée. «Faire plaisir aux convives et à son personnel», tel est, selon Bruno Debus, l’objectif principal de ces soirées-spectacles. Des soirées qui sont grandement appréciées puisqu’on y rencontrait notamment ce vendredi une dame venue en avion de Lyon expressément pour écouter Franck Olivier. Elle est restée quelques jours à l’hôtel pour profiter de l’opportunité de rencontrer son chanteur préféré.

Mais qui est cet artiste?

Franck Olivier voit le jour le 26 août 1948 à Gozée, petit village de la région de Charleroi. C’est à l’âge de dix ans qu’il se découvre une passion pour la musique lorsque ses parents lui offrent un harmonica pour son anniversaire. Il surprend tout le monde: Franck a de réels dons pour la musique. Ses parents décident alors de l’inscrire au conservatoire de musique où, pendant cinq ans, il suivra les cours de violon et de piano. Franck a aussi une belle voix et c’est le dimanche qu’il chante dans la chorale de l’église. Déjà à cette époque, tous reconnaissent qu’il a un organe remarquable pour son jeune âge.

Adolescent, Franck continue à cultiver cette passion qu’il a pour la musique et le chant tout en poursuivant ses études jusqu’au service militaire. C’est ainsi qu’il obtient son diplôme de kinésithérapeuthe.

La chanson prend vite le dessus même si, plus tard, ce métier lui donne la possibilité de s’occuper de personnes âgées en ouvrant une résidence sans but lucratif dans laquelle il se dévouera pendant de nombreuses années en Belgique.

C’est en 1989 que Franck Olivier décide de quitter sa région de Charleroi pour s’installer au Québec où sa carrière a pris son envol de manière fulgurante avec un titre: Amoureux de vous, Madame!

Le Québec aime ce qu’il est et restera: un auteur-compositeur et interprète doué d’une voix remarquable qui chante l’amour. À ce propos, il nous confie: «Pour moi, le plus important dans la vie c’est aimer, être aimé et porter l’amour autour de soi car aimer c’est la seule chose qui est vraie!»

Après 21 années d’absence, le 4 mai 2010, Franck Olivier regagne l’Europe pour renouer avec un public qui le réclame. Il signe alors avec Enzo Spectacles en Belgique une exclusivité qui le conduira à travers de nouvelles aventures en chansons. Il ajoute: «On fait du bien aux autres en chantant.» Telle est sa philosophie de vie. Si, au début de sa carrière, il a fréquenté et apprécié Claude François ou Lara Fabian, maintenant il est marié à une Canadienne, Marcelle Alexis, chanteuse, elle aussi.

Outre ses atouts de chanteur, notons aussi que c’est un impeccable cuisinier, un amateur de vin averti, bref, un hôte le plus charmant du monde.

Ses nombreux amis sont venus à Philippeville les bras chargés de cadeaux et de fleurs pour le remercier de tant d’amour partagé !

Soiree anniversaire frank olivier

L‘avenir - "La Côte d’Or" reçoit un prix pour ses formations - 27/12/13

L’hôtel-restaurant «La Côte d’Or », de Philippeville, a reçu un prix Chrysalis pour ses formations en alternance. Une belle reconnaissance!

De la fierté: c’est le sentiment qu’éprouve, à juste titre, Marc Dupont, le jeune maître d’hôtel et le responsable des formations au sein de l’hôtel-restaurant «La Côte d’Or ». Cet établissement réputé de la province de Namur, implanté depuis près de 30 ans à Philippeville, a récemment reçu le prix Chrysalis de la formation en alternance.

L’institut wallon de formation en alternance et des indépendants et petites et moyennes entreprises a remis cette récompense, le 12 décembre, lors d’une cérémonie, au Spiroudôme de Charleroi. Au total, sept entreprises ont ainsi été mises à l’honneur pour avoir su transmettre leur passion et leur savoir auprès de la nouvelle génération.

Et parmi les 7 000 PME wallonnes qui collaborent avec l’IFAPME, «La Côte d’Or » s’est distinguée dans la catégorie des sociétés occupant de 6 à 10 personnes.

Une reconnaissance

«Pour l’équipe et les patrons de «La Côte d’Or » (les frères Debus), ce prix constitue avant tout une reconnaissance, insiste Marc Dumont. Cela fait maintenant cinq ans que nous avons mis l’accent sur la formation chez nous. Cela nous permet de former notre propre main-d’œuvre en fonction de nos besoins spécifiques et ensuite d’éventuellement engager nos apprentis. Avec le chef de cuisine, nous avons nous-même suivi une formation de cinq jours pour apprendre à encadrer les jeunes. Actuellement, nous en avons deux en apprentissage en salle et deux autres en cuisine. Ils viennent de la région proche: Thy-le-Château, Romedenne ou encore Couvin. Nous devrions aussi bientôt accueillir une jeune fille. »

Les apprentis ne sont pas là pour se tourner les pouces. Ils travaillent à raison d’une trentaine d’heures par semaine. Huit heures sont consacrées à la théorie dans leur école.

L’ «apprentissage » s’étend sur trois ans. Ensuite, les jeunes peuvent entamer leur «patronat » qui leur donnera accès à la profession. Au terme de ces cinq ans, ils sont théoriquement capables d’ouvrir et de gérer leur propre établissement. Selon leur ancienneté, les apprentis touchent de 250€ à près de 400€.

L’expérience n’a pas de prix

«Chez nous, ils peuvent en outre loger et manger sur place, précise le maître d’hôtel, qui a lui-même suivi l’école hôtelière à l’institut Saint-Joseph de Charleroi. Mais au-delà de cet aspect financier, c’est surtout l’expérience acquise au contact de professionnels qui est primordiale. Il faut compter près de deux ans d’apprentissage pour que nous puissions faire confiance à un apprenti en salle et qu’il soit autonome. L’erreur souvent commise avec ces jeunes est de croire qu’ils sont opérationnels dès leur arrivée. Mais ce n’est pas du tout le cas! Mais nous les considérons néanmoins comme des membres à part entière de notre personnel.»

Autre avantage de suivre son apprentissage à «La Côte d’Or »: les apprentis doivent être polyvalents en travaillant sans distinction dans la restauration et dans l’hôtellerie. C’est ainsi que les responsables de cet établissement parviennent à former un personnel qualifié à la hauteur de leurs exigences. À l’image de leur chef de cuisine, Anthony Donadio, qui n’est autre qu’un des anciens apprenants de l’établissement.

90abea2e-6e39-11e3-a900-4b4f16667924_original

Ambiance culinaire - restaurant recommandé 2014

« La Côte d’Or » a une cuisine raffinée d’une qualité irréprochable, un personnel qualifié et un cadre accueillant. Le chef cuisinier vous propose chaque mois différents menus, réalisés avec des produits frais sévèrement sélectionnés. La carte balancée invite le gourmet à composer son propre repas et un menu spécial enfants. La carte des vins propose plus de 500 crus différents et 10 sortes de vin au verre.

LaCotedOr-1-350x350Cuisine: Française
Cadre: Villa
Budget: 40,00€

– Bar/Salon
– Carte élaborée de whiskys/digestifs
– Cave à vins bien fournie

Spécialités:

– Feuilleté d’asperges fraiche et morilles au vin jaune
– filet de rouget barbet aux agrumes

Fermé: dimanche soir – lundi – mardi – mercredi
Le restaurant est ouvert toute la semaine à partir d’une réservation de minimum 10 cvts

Chef: Thierry Debus et Anthony Donadio
Rue de la Gendarmerie 1 badgeResto
5600 Philippeville
Tel: 071 66 81 45
Fax: 071 66 67 97
www.lacotedor.com
info@lacotedor.com

 

Arrêt Gourmand • 21/02/2009

Une des nouveautés à La Côte d’or : dîners-spectacles

Tout le monde connaît cette belle villa blanche à l’entrée de Philippeville. Très nombreux sont ceux qui ont déjà pu apprécier la qualité de son restaurant reconnu au meilleur rapport qualité-prix par la majorité des guides. La Côte d’Or figure d’ailleurs parmi les l00 meilleurs établissements de Belgique.

Loin de se reposer sur cette notoriété, cette équipe super dynamique améliore et diversifie sans cesse leurs services aux clients, en étant attentifs à l’évolution des goûts, des loisirs, des besoins … Avantages exceptionnels pour des réceptions en semaine. Superbe piste de danse, conçue pour ne pas déranger les invités qui préfèrent discuter à table tout en profitant de l’ambiance. Possibilité de projections de clips sur écrans géants. Salles de réception modulables de 6 à 300 cvts s’ouvrant sur un très beau jardin arboré. Ici personne n’est délaissé , château gonflable couvert à proximité des salles de réceptions , salon vidéo pour les enfants. Facilités aux personnes à mobilité réduite. Possibilité d’organiser des activités sur mesure telles que thé dansant, défilé de mode, conférences, cours de cuisine, dégustations …
Une des nouveautés 2010 ! Dès le 4 mars, le premier jeudi de chaque mois, « La Côte d’Or » propose un dîner-spectacle suivi d’un thé dansant. En mars, Jérémie Hansen, le sosie de Bourvil vous fera passer de la réalité au rêve avec son superbe show « live » intégral agrémenté d’une chorégraphie, et encore bien d’autres sketches et surprises… En avril, Maria D. vous fera frissonné dans un formidable spectacle « Edith Piaf ». En mai avec Fernando La voix de Julio Iglesias vous retrouverez le romantisme torride des concerts de la star , etc. Et que des bonnes surprises : la formule tout compris vous reviendra à 39,50 € (menu 4 services et vins de qualités) et, si vous le souhaitez, un autocar grand tourisme vous prendra en charge aller/retour à Mons, La Louvière et Charleroi. ( réservez au plus tôt)

Le vendredi 16 avril 2010 dès 19 h : diner concert ; a l’occasion de la sortie de son Cd « un bisou dans le cou » Deauville, auteur compositeur originaire de Nalinnes, sera accompagné de ses musiciens et proposera de la pop élégante mais aussi des échappées plus rythmées. ( 40 € menu 4 services et boissons comprises moins 5 € pour une réservation avant le 10 avril 2010)

Découvrez leur nouveau site internet vous y trouverez , une présentation en clip, une multitude de renseignements, les menus du restaurant, des conseils pour votre réception, participez au concours gratuit qui vous permettra de gagner séjour gastronomique, menu ou bon de réduction parmi 130 prix. N’hésitez pas à contacter « La Côte d’Or » afin qu’elle puisse vous envoyer régulièrement ses invitations. Un bon conseil à « La Côte d’Or », réservez, les connaisseurs viennent de très loin.
Hôtel restaurant « La Côte d’Or »
Bruno et Thierry Debus
Hôtel – Restaurant – Salles de réception
Rue de la Gendarmerie 1, 5600 Philippeville
Tél. 071/66.81.45 – Fax 071/66.67.97

restaurant2010

Ambiance Gastronomie, vins et Tourisme N°9 • Novembre 2005

Summum de plaisir.

Présente-t-on encore « La Côte d’Or » ? Pas le département Bourguignon, mais bien le restaurant de Philippeville, qui en haut de la route, vous incite à pénétrer l’antre régionale du bon goût. Mélant adroitement l’art et la manière, le classique et le lyrique, Bruno et Thierry Debus concoctent des préparations qui sont autant de réjouissances gustatives. Ainsi, par exemple, pour cet hiver, verra-t-on le bar servi au caviar de hareng ou l’émincé de coucou accompagné des fines crêpes de pommes de terre. Sans compter le filet de dorade Royale à la crème de poivron doux ou le feuilleté de ris de veau aux champignons sauvages. Le gourmet s’attable ici avec la douce sérénité de ne pouvoir être déçu: tantôt c’est la cuisson des poissons qui force le respect, tantôt c’est la palette de vins, spécialement les crus servis au verre, qui transforment la découverte en enchantement. Le passage de Thierry chez les frère Troisgros, à Roanne, n’est pas étranger aux succulentes préparations saucières, mélant finesse et respect des produits de base. Trois menus gastronomiques viennent égayer chaque mois de l’année gourmande, gage d’un renouvellement aussi sensé que saisonnier. Voilà des années que le sieur Debus enchante nos papilles. Il y a longtemps, il avait excellé dans une préparation de sa création: le lapin à la bière aux orties… Certes, la chaleur de l’intérieur ne vous laissera pas indifférent; qu’auriez vous dit, à la belle saison, des senteurs merveilleuses émanant d’un jardin à l’unisson avec son enseigne; irréprochable.

Coup de coeur • 10/06/2005 • Le Guide des Connaisseurs©

La Côte d’Or à Philippeville : un grand chef signe une cuisine d’exception

Chaque vendredi, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9 h), animé par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique « Le Guide des Connaisseurs », donne sur l’antenne de Bel RTL, sa bonne adresse de la semaine (émission transmise en direct sur RTL TVI).
Il a déjeuné dans un des meilleurs restaurants de la province de Namur et de Wallonie, « La Côte d’Or » à Philippeville.

Jacques Kother : Quand je pense que dans certaines écoles de cuisine en France on apprend avant tout aujourd’hui aux élèves à décongeler les denrées et à ouvrir des pots de sauces fabriquées en usine, plutôt qu’à préparer des poissons frais et à désosser une selle d’agneau de bonne provenance, je me dis : «Où va le goût et où va la vraie cuisine française ?» Heureusement, il y a encore des maîtres-cuisiniers de haute qualité. C’est le cas à « La Côte d’Or » à Philippeville où j’ai déjeuné incognito, trop rapidement mais vraiment parfaitement cette semaine. J’aurais voulu y passer des heures.

Philippe Callet : C’est une grande table par la qualité et peut-être aussi par les additions ?

Jacques Kother : Par la qualité, oui, mais le rapport qualité-prix est imbattable à ce niveau puisqu’on peut y déjeuner pour 20 euros et moins de 25 euros pour un menu trois services remarquable, avec, si on veut, des vins au verre. La carte des vins, conçue par Bruno Debus, est magnifique et ses prix bien maîtrisés. On y trouve des bouteilles très peu onéreuses et c’est tant mieux, mais aussi des flacons rares. Au total, plus de 500 crus différents.

Philippe Callet : Qu’est-ce que vous avez aimé ?

Jacques Kother : D’abord, ce que j’ai mangé, un feuilleté d’asperges en sauce légère, superbe de goût avec de grosses asperges sans fibres, tendres et savoureuses, et un plat de poissons variés, tous cuits à la perfection et accompagnés de légumes impeccables.
Mais ici on peut aussi se régaler d’un carré de porcelet aux cerises du pays, d’aiguillettes de canard aux pêches caramélisées servies avec des pommes paillasson, ou d’une charlotte aux trois chocolats. C’est une cuisine de précision, cuissons à la seconde, sauces parfaites, produits de haute qualité. Et il ne faut pas oublier que l’un des frères Debus, Thierry, le chef, a travaillé pendant deux ans comme chef saucier dans un des plus fameux trois étoiles de France, les Troisgros à Roanne. Résultat : on trouve à la carte une des créations les plus originales des frères Troisgros : l’escalope de saumon à l’oseille, qui n’est pas seulement un plat magnifique, c’est un rêve, et la sensualité d’une cuisine pleine de fraîcheur et de raffinement.

Philippe Callet : Encore un mot sur la maison ?

Jacques Kother : Jolie salle à manger très claire, spacieuse, et on peut par beau temps manger dehors : le jardin est magnifique. « La Côte d’Or » et sa cuisine sublime, on a vraiment envie d’y revenir.
Hôtel-Restaurant La Côte d’Or
Rue de la Gendarmerie, 1
5600 Philippeville
Tél. 071/ 66 81 45 – Fax : 071/ 66 6797
www.lacotedor.com
info@lacotedor.com
Fermé dimanche soir, lundi, mardi, mercredi (sauf réservation à partir de 10 cvts)
Coup de coeur – 10/06/2005 – Le Guide des Connaisseurs©